5) Que faire si mon enfant subit du cyberharcèlement ?

Mon enfant est harcelé sur Facebook par des élèves de sa classe. L’école me dit qu’elle n’est pas concernée car cela se passe hors de l’école. Est-ce vrai que l’école ne doit rien faire ?

Que puis-je faire ? En premier lieu : écouter, en parler, rompre le silence. Si vous êtes au courant qu’un tel phénomène se déroule dans l’école de votre enfant, qu’il soit victime, témoin ou auteur, tentez d’en parler avec lui et avec l’équipe éducative. Ensuite, agir. Essayer de chercher avec l’équipe éducative un moyen de faire cesser la dynamique. Des personnes ressources existent pour vous aider : centres PMS, médiation scolaire, équipes mobiles, centres PSE, éducateurs, numéro vert (0800/95 580), Centres locaux de promotion de la santé… Pour le cyberharcèlement, des centres de ressources peuvent fournir une éducation aux médias pour vos enfants. En cas de situation grave, il est également toujours possible d’avertir la police et de sauvegarder des traces de ce harcèlement. Enfin, accompagner. La victime doit être soutenue, mais les harceleurs aussi devraient être accompagnés. L’équipe éducative, en collaboration avec les parents, peut mettre en place un suivi des victimes, témoins et auteurs de ce harcèlement : offrir du soutien, une écoute, expliquer les risques, entamer un travail de réflexion sur la situation, orienter vers des professionnels… Mais en amont, le plus efficace reste la prévention des phénomènes de violence à l’école. Aux interventions qui consistent à interdire, sanctionner, nous vous proposons l’alternative de la prévention, de la sensibilisation et de l’éducation. Plutôt qu’entamer un travail de policier, nous vous proposons un travail éducatif et citoyen. Des jeunes, enseignants et parents informés de la problématique seront plus à même de reconnaitre cette situation si elle se présente. Ils pourront également avoir des réactions adaptées et se protéger de telles situations... Concernant l’utilisation des technologies de l’information, des sensibilisations et formations à l’éducation aux médias peuvent être proposées à l’école : respect de la vie privée, gestion de paramètres de confidentialité sur Internet, identité « numérique »… Pourquoi ne pas offrir un cours d’éducation aux médias ? De citoyenneté ? Qui permette aux jeunes de réfléchir au vivre ensemble ? D’une manière générale, les associations de parents, le Conseil de Participation, l’équipe éducative, et tous les autres acteurs de l’école peuvent entamer une réflexion sur la violence à l’école. Il peut être prévu, par exemple, dans le Règlement d’Ordre Intérieur, une politique globale et cohérente en matière de prévention de la violence à l’école”.

http://www.fapeo.be/wp-content/uploads/2014/05/1-15-2014-Cyberharc%C3%A8lement.pdf

http://www.ufapec.be/files/files/analyses/2010/2510-cyberharcelement.pdf