3) Que faire par rapport à l’école ?

Dois-je en informer l’école ?

Si vous souhaitez que l’école connaisse la souffrance de votre enfant, si vous souhaitez que quelque chose soit fait au sein de l’établissement scolaire, vous n’avez pas d’autre choix que d’en informer l’école.

Il est très probable que si vous ne les informez pas, les adultes de l’école ne modifient rien à la situation soit parce qu’ils n’en n’ont pas connaissance (tout se passe lorsqu’il n’y a pas d’adulte présent par exemple, c’est ce qu’on peut appeler “l’invisible visibilité”), soit parce que selon les informations dont ils disposent, les enfants parviennent à régler le problème entre eux, soit parce que les adultes n’ont pas conscience de l’impact réel sur votre enfant et parfois ils peuvent même amplifier le problème à leur propre insu par exemple en riant d’une blague, d’un sobriquet donné, …

 

Comment communiquer avec l’école de manière adéquate  tout en restant à ma place de parent ?

Partir des faits dont vous parle votre enfant, réfléchir avec lui à la meilleur manière d’aborder le problème avec son enseignant(e), éducateur(trice), directeur(trice). Il est même parfois bon que l’enfant ou le jeune puisse être présent pour exposer lui-même les faits, si cela vous rassure, en votre présence. Il est partie prenante de la solution même s’il n’est pas responsable de l’existence du problème.

 

Je suis déjà trop « intrusif » dans l’école et mon enfant reçoit des remarques de la direction/enseignants, dois-je continuer mes actions ?

C’est avec votre enfant que vous trouverez la réponse à cette question. Si l’école ne semble pas vouloir tenir compte du vécu de votre enfant, si le fait d’en parler aggrave sa situation, c’est avec lui qu’il faut réfléchir à la suite. S’il est trop jeune, c’est à vous à prendre la décision et de la lui expliquer ensuite. Si un mur s’est dressé entre vous et les acteurs de l’école, vous êtes le seul à pouvoir décider la mesure de protection la plus adéquate pour votre enfant.

Faire appel à une tierce personne, un médiateur, peut être une solution. Un membre de l’équipe PMS ou un médiateur externe pourrait intervenir.

Si vous percevez un danger trop grand pour lui, si vous estimez que la sécurité physique et/ou psychologique de votre enfant est menacée, le changement d’école reste toujours une solution de protection et une opportunité de mieux repartir ailleurs, tout en mettant en place un dispositif d’accompagnement psychologique à son égard.

 

Quelles sont les ressources dans l’école ?

La première personne avec qui en parler reste toujours l’enseignant, le titulaire, puis vient l’éducateur, le directeur, le préfet de discipline. Dans les documents de l’école (projet d’établissement, règlement d’ordre intérieur, journal de classe), vous trouverez certainement les informations sur les personnes à contacter en cas de problème.

Le CPMS peut être un interlocuteur pertinent. Vous pouvez aussi interpeller le Service de Médiation Scolaire de la Communauté Française.